dimanche 8 avril 2018

être Zéro Déchet et manger de la viande ?


Dans un de mes derniers articles, je vous parlais du lien étroit que je fais entre Zéro Déchet et éthique animale. Et puis, quelques jours plus tard, Libération publiait cette tribune absurde et pleine de préjugés, aussi insultante que superficielle "Pourquoi les vegan ont tout faux". Les articles en réponse à ce torchon qui devrait faire honte au journalisme français ont été nombreuses. Mais en vain, les batailles idéologiques sont souvent des argumentations stériles sans fin, où chacun campe sur ses positions sans se donner la peine de mettre de côté ses croyances, influencées par ses dissonances cognitives. 

Bref, il était temps pour moi de partir à la chasse aux informations, pour montrer la cohérence d'un végéta*isme (ou du moins d'une réduction importance de la consommation de produits animaux) avec la mouvance zéro déchet.  

Dis moi pourquoi tu es Zéro Déchet, je te dirais pourquoi cela te concerne aussi...


Zéro Déchet pour l'éthique humaine :


Si c'est l'éthique qui vous a fait changer vos comportements d'achats, que vous ne souhaitez pas prendre part à l'extractivisme intensif qui nourrit les modes de vie consuméristes de nos société, ou aux moyens de tels modes de production (travail des enfants, conditions de travail misérables et dangereuses, rémunération de survie etc.) il est à mes yeux impossible que vous puissiez tolérer le travail à la chaîne d'ouvriers d'abattoir qui souffrent souvent de démence et de stress post-traumatique d'avoir vécu dans le souffle de la mort et commis des meurtres sous chronomètre. A ce sujet, je vous renvoie vers la poignante interview de Mauricio Garcia-Pereira pour Konbini.

Je ne suis pas persuadée non plus que vous serez à l'aise avec l'idée que plus de 70% des cultures céréalières produites dans les pays en voie de développement ou sous-développés est exportée ou donnée aux animaux d’élevage, alors que près d'un milliard de personnes souffrent de la faim. Chaque année 760 millions de tonnes de céréales sont données au bétail, une quantité qui pourrait résoudre le manque de nourriture dans le monde 14 fois. 14 FOIS. En fait un bœuf peut fournir 1500 repas alors que les céréales qu’il a consommé sa vie durant pourraient fournir 18 000 repas.



Zéro Déchet pour la santé


A en croire ce que j'entends au quotidien, j'ai l'impression que plus personne n'achète de viande issue de l'élevage intensif. Tout le monde "achète sa viande au petit boucher du coin qui respecte ses bêtes ". Mhh...permettez-moi d'émettre un doute. En réalité, seule 5% de la viande consommée en France provient d'élevages en plein air. C'est donc 95% de la viande française qui provient de l'élevage de masse. Et comme ces élevages intensifs de promiscuité font la joie des bactéries, les animaux d'élevage sont bourrés d'antibiotiques, par prévention, et résultat, ceux qui les mangent, aussi. En consommant ces antibiotiques à outrance sans nous en rendre compte, nous habituons nos corps à leurs effets, et développons des résistances. Aujourd'hui, on estime que l'antibiorésistance tue jusqu'à 250 00 personnes par ans.


Je vous passe les études qui montrent que la consommation de viande aggrave les risques de diabète, maladies cardio-vasculaires, cancer du côlon. Je me contenterais simplement de cette phrase qui a totalement changé ma vision de l'alimentation lorsque je l'ai lue dans le livre "Anti-Cancer", de David Servan Schreiber : "Si on me demandait de concevoir un régime alimentaire qui favorise au maximum le développement du cancer, je ne pourrais pas faire mieux que le régime occidental actuel".  Un constat en partie fait à cause de notre consommation/sur-consommation de viande. 


Zéro Déchet pour soutenir les petits commerces, des artisans, les agriculteurs :


"Mais il faut soutenir ces pauvres éleveurs qui triment jour et nuit pour vivre en dessous du seuil de pauvreté". Justement, ne serait-il  pas normal de traiter cette filière comme toutes celles qui ce sont avéré obsolètes avant elles, les laisser mourir et les amener à convertir leur exploitation dans une activité plus vertueuse comme l'agroécologie, la permaculture ? Puisque le Zéro Déchet encourage les circuits courts, cela devrait permettre une bien meilleure rémunération des producteurs. 



Zéro Déchet  pour lutter contre l'épuisement des ressources : 


Dans la catégorie épuisement des ressources, commençons par la déforestation ! "A non ! La déforestation c'est à cause des végétariens et de leur soja !" Du soja, oui, mais clairement pas pour nous alimenter nous les humains. Au moins 80% des cultures mondiales de soja et plus de 50 % de tout le maïs que nous cultivons sur la planète est en fait donné aux animaux d’élevage. En fait, seul 4% du soja mondial est consommé par des humains, alors qu'elles sont responsables de 91% de la déforestation.  


Parlons désormais de l'eau ! J'ai vu tellement de personnes dans la mouvance Zéro Déchet faire pleins d'efforts pour limiter leur consommation d'eau : faire leur vaisselle dans des bassines, prendre fes douches de chat, utiliser leurs eaux de cuisson. Mais à quoi bon tout ces petits efforts pour réduire notre consommation d'eau de quelques dizaines de litre, si ensuite on mange un steak par jour qui a nécessité par moins de 2000 l d'eau (pour une pièce d'environ 125g) pour être fabriqué ? A mon sens, ce n'est tout simplement pas cohérent. 

Je réalise qu'il est difficile de vraiment voir plus loin que ce que nous avons dans nos assiettes, et notamment les ressources qui ont du être utilisées pour y arriver. C'est un véritable travail de projection et de questionnement, et selon moi, cela fait partie intégrante du mode de vie zéro déchet. 


Zéro Déchet pour le changement climatique


Chaque année, ce sont plus de 66 milliards de bêtes sensibles qui sont élevées et tuées pour notre seul plaisir gustatif. C'est 26% de plus qu'en 2003 et 2 fois plus qu'en 1970. Et tout ce monde, et bien...ça pollue. En 2016 l'élevage était responsable à lui seul à plus de 15% des émission de CO2/an. C'est davantage que le transport, avion et conteneurs compris...
  
Et si pour finir un individu plein de mauvaise foi me disais "On a toujours mangé de la viande" (alors que nous n'en avons jamais consommé autant) je lui répondrais qu'il appartient à la même catégorie de personnes qui se sont battu pour que l'esclavage ou la ségrégation raciale puissent perdurer, même chose pour l’apartheid ou la discrimination sexuelle. L'argument traditionaliste n'a pas de sens, particulièrement dans un monde comme le nôtre en perpétuelle évolution, et encore moins pour quelqu'un qui a décidé de s'éloigner du système capitaliste comme nous le faisons dans la démarche.


L'idée de cet article n'est pas du tout de pointer du doigt les personnes qui s'intéressent et prennent part au mode de vie Zéro Déchet tout en continuant de manger de la viande. En AUCUN cas ! Nous avons tous les mêmes valeurs pionnières et je ne peux qu'encourager cette démarche, dans tous les cas, et la critique stérile n'a jamais créé que des réactions contre-productives. Je tenais simplement à montrer le lien évident qu'il existe entre nos valeurs éthiques et environnementales, et la consommation de viande, car je pense que ces sujets sont souvent pris de façons individuelle et on ne mesure pas leur très étroite relation. Désormais, c'est chose faite. Sur ce, je vous laisse avec une jolie phrase de propagande d'extrémo-végé-bobo-bio :

« Le végétarisme règle tellement de choses d’un seul coup : l’écologie, la famine, la cruauté. » Paul McCartney



Sources : 
  • https://blog.l214.com/2016/02/17/antibioresistance-25-000-decesan-europe-viande-mise-cause-autorites-sanitaires
  • http://la-haut.e-monsite.com/blog/des-chiffres-tres-bruts.html
  • http://www.lemonde.fr/planete/article/2008/12/09/la-faim-touche-pres-d-un-milliard-de-personnes_1128610_3244.html
  • https://www.ciwf.fr/animaux-de-ferme/porcs/elevage-alternatif/
  • http://www.lemonde.fr/planete/article/2017/04/03/les-ravages-de-la-culture-d-huile-de-palme-passes-au-crible-du-parlement-europeen_5104827_3244.html
  • http://www.lemonde.fr/les-decodeurs/article/2015/10/29/la-viande-a-aussi-un-impact-majeur-sur-la-planete_4799570_4355770.html
  • https://www.youtube.com/watch?v=KriTQ0aTrtw

8 commentaires:

  1. Merci pour cet article trés clair et parfaitement résumé. Et pourtant, je mange encore un peu de viande et autres produits animaux, meme si j'ai réduit énormément justement par rapport aux déchets engendrés.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. L'important je pense que c'est vraiment d'en avoir conscience :-) Pour moi c'est ce côté "représentation" qui est le plus compliqué à avoir ! :)

      Supprimer
    2. Et puis réduire c'est déjà agir !

      Supprimer
  2. Merci pour cet article ! J'aime bien ton blog, je m'y abonne :)
    De mon côté, c'est parce que j'ai arrêté la viande il y a 5 ans que je me suis intéressée à l'écologie plus récemment. Depuis j'ai arrêté aussi le poisson, puis les fruits de mer, puis les fromages et le lait. Dans ce sens c'est plus facile peut-être.
    Maintenant je suis dans la phase où je ne veux pas manger un avocat venant du Mexique et j'essaye de manger local.
    Cette démarche peut aller très loin et parfois c'est difficile mais je trouve que ça fait de moi une meilleure personne avec des besoins simples. Je ne cède plus aux plaisirs ponctuels qui souvent sont néfastes pour la santé et la planète mais je recherche un bonheur à long terme. Je me sens plus légère et plus heureuse :)

    RépondreSupprimer
  3. Bonjour, merci pour ton article, très utile, cependant je voudrais revenir sur le soja.

    Tu écris que 4% du soja mondial est consommé par des humains.

    Je n'ai pas pu mettre la main sur les chiffres les plus récents, mais en 2005 d'après Lester Brown, 15 des 220M de tonnes de soja produites dans le monde étaient directement consommées par les humains, soit environ 7% (ça reste faible mais c'est presque le double de 4, même si ça a pu évoluer en 12 ans).

    Mais en fait, c'est surtout que ce chiffre est à replacer dans le contexte de toute l'industrie agro-alimentaire. En effet les 80% (du soja produit) consommés par les animaux d'élevage prennent la forme de tourteaux (environ 80% de la matière première), lesquels sont obtenus après extraction de l'huile de soja (environ 20% de la mat. prem.). Or cette huile est une denrée également précieuse pour les industriels puisqu'elle est presque intégralement utilisée pour la fabrication de produits d'alimentation humaine.

    Du coup au passage, les humains avalent env. 7% + (20% de 80%=) 16% = 23% de la production mondiale de soja.

    Alors effectivement, en terme de tonnes, le nerf de la guerre de cette industrie semble être le commerce des tourteaux, encore que je ne connais pas la valeur au kg de ces denrées (peut-être que l'huile rapporte davantage). Mais en tout cas cette huile de soja, si elle n'était plus produite, devrait être remplacée par une cousine, telle que l'huile de palme (ou d'autres huiles végétales, qui de toute façon, produites dans de telles quantités, deviennent inévitablement néfastes pour l'environnement).

    En bref ce que je souhaite souligner, c'est que dans le cas du soja, au delà de notre consommation de viande, c'est nos habitudes de consommation de produits industriels qu'il faut revoir. Si cela part d'une démarche écoresponsable, ne plus manger de viande, pour en parallèle se fournir en pâtes à tartiner, en margarine, et autres produits alimentaires riches en huiles végétales, c'est un peu contre-productif non ?

    RépondreSupprimer
  4. Merci pour cet article intéressant car je ne m'etais jamais interrogée sur le lien entre le végétarisme et le "zéro déchet". Ca permet d'ouvrir de nouvelles pistes de réflexion et c'est vrai que tout est relié, le but étant de protéger notre environnement.

    RépondreSupprimer
  5. Ton article est super intéressant !
    C'est chouette de faire ce lien entre végéta*isme et Zéro déchet car on en parle souvent comme 2 choses différentes alors qu'en fait les deux vont dans le même sens, donc merci pour cette cohérence ��

    RépondreSupprimer
  6. J'apprécie beaucoup ta façon simple et concise de présenter les choses sans juger. J'aime d'autant plus que tu sais trouver les mots que je n'arrive pas à trouver pour en parler.
    Bon, pour l'instant, je suis encore assez dépendante de ma part de fromage mais j'ai largement baissé ma consommation de viande et mon corps me remercie! Ce sont mes réflexions lancées par le zéro déchet qui m'ont mise sur le chemin et c'est effectivement important de voir le lien profond entre les 2.

    Merci pour cet article. Je partagerai au maximum.

    RépondreSupprimer