jeudi 31 août 2017

Islande : expérience frugale et prise de conscience


Islande, 

Je t'ai parcourue les yeux brillants de la magnificence de tes terres aux reliefs apprivoisés qui ont trouvé écho en moi dans toute leur diversité. Je t'ai connue dans tes beaux jours, où le bleu de ton ciel n'avait de résonance que les étendues d'eaux de ton territoire. Je t'ai connue le ciel encrassé et les terres inondées de la rage de tes tempêtes; aveugle de ta brume et sourde de tes pluies. Je t'ai connue froide, glacée par l'humidité et le vent. Je t'ai connue ensoleillée, transpirant ce temps changeant en arpentant tes reliefs. 




Islande, 

Tes plaines verdoyantes ont laissé des bleus à mes hanches lors de nuits trop courtes. Tes pluies battantes ont creusé mon visage de cernes. Tes nuits glacées auront eu raison de mon énergie et de ma patience. Mais c'est pourtant bien revigorée que je reviens.

Islande, 

Ce sont peut-être tes paysages qui reprendront vie dans mes souvenirs, mais ma plus belle leçon, c'est la frugalité de ce voyage qui me l'aura donnée. Je t'ai parcourue avec aussi peu de possessions que je l'ai pu. Adieu bijoux et apparats superficiels, bonjour simplicité et minimalisme. Ma moitié, moi, mon sac et ma tente, on était prêt à se déconnecter de tout. Ce dont on ne se doutait pas par contre, c'est que l'on prendrait une telle leçon d'humilité. 



Islande, 

J'ai découvert en toi un rappel à l'ordre, un retour au source, un véritable désir de mieux comprendre mes besoins élémentaires satisfaits avec tant de simplicité dans ma vie quotidienne. Un toit sur la tête, un peu de chaleur, être propre, sec, m'ont apparu comme un luxe dont j'ai trop souvent banalisé la valeur. Et pour cause, on apprécie d'autant plus le confort d'un matelas après plusieurs nuits à dormir sur le sol. On apprécie d'autant plus le réconfort d'un bon repas chaud après des jours de nourriture froide et insipide. On apprécie d'autant plus la présence de quelqu'un une fois qu'elle nous a manqué terriblement. L'homme est ainsi fait, mais nous pouvons changer. 


Islande, 

Je suis arrivée pour te découvrir et finalement, c'est moi-même que j'ai retrouvé. Je suis arrivée le cœur lourd du poids d'une société dans laquelle je ne me retrouve plus. Et finalement, c'est avec gratitude que je t'ai quittée. 



Islande, 

Merci. 




"Dans notre quête effrénée des objets de nos désirs, toutes ces choses qui pour nous améliorent nos vies : l'argent, la reconnaissance, la gloire, nous perdons de vue ce qui importe vraiment, les choses simples de la vie : l'amitié, la famille l'amour, toutes ces choses que nous avions déjà probablement".



5 commentaires:

  1. Merci pour ces beaux textes. Je retrouve dans votre témoignage ce que j'ai moi même ressenti lors de mon tour d'Islande il y a 15 ans déjà. Puissent cette terre et ses hommes rester protégés de notre monde qui se dit moderne mais dont les gérants n'ont rien compris !
    Émilie de Coudes (63114)

    RépondreSupprimer
  2. Ce commentaire a été supprimé par l'auteur.

    RépondreSupprimer
  3. Merci à vous pour ce si beau texte aux allures de poème ! Au travers de vos belles photos, des souvenirs de mon voyage là-bas il y a 2 ans m'y ont transporté comme si j'étais rentré hier ^^
    J'ai découvert votre blog tout récemment et en deux articles je suis déjà adepte de cette philosophie que vous défendez. Continuez ainsi, notre société a besoin de témoignages tels que le votre pour garder espoir en des lendemains plus verts =)
    Guilhem de Bordeaux

    RépondreSupprimer
  4. Ton article me donne quasiment la chair de poule ! Je suis une amoureuse inconditionnelle de L'Islande, j'y ai vécu quelques mois, et j'y ai ressenti la même chose que ce tu tu as décrit ici...
    Merci pour ce bel article qui nous fait rêver

    Très belle journée à toi

    Nastasia
    https://www.lespritouvert.fr/vivre-en-islande/

    RépondreSupprimer
  5. Wow,ça me donne encore plus envie d'aller là bas ! ça devait être un voyage vraiment mémorable !

    RépondreSupprimer