samedi 8 juillet 2017

Scandale de la cup : à qui profite le crime ?



Cette semaine, on a vu fleurir nombre d'articles avec des titres bien "putaclic" sur la toxicité soudaine de la cup menstruelle. L'Obs en premier : "Choc toxique : la cup menstruelle plus dangereuse que les tampons selon une étude?" (Ahah, NON). Là on a tout : le titre choquant, la soit disant légitimité de l'information, et une information qui a l'air complète et encourage ainsi les habitués de l'info à 100 à l'heure à s'en contenter et ne pas aller lire l'article de bout en bout. 

A qui profite le crime ? 


Il y a quelques semaines était diffusé au grand public ce reportage sur le Syndrome du Choc Toxique et ses conséquences parfois dramatiques sur le corps humain. Je pense que l'on est en droit de se demander si les résultats de cette nouvelle étude ne seraient pas un moyen de relancer une industrie du tampon plus en crise que jamais ! Il serait intéressant de savoir qui a financé cette fameuse étude, je pense qu'on aurait quelques jolies surprises. Ça me paraît un peu trop opportun pour être honnête. On a quand même du mal à croire qu'un élément en silicone médical ultra clean favorise plus ce syndrome que du coton imbibé de chlore et autres joies chimiques. 

Décryptage...


Quand on se penche un peu sur l'article de l'Obs notamment, on se rend vite compte que son titre est un peu exagéré. "On pensait les tampons nocifs. Pourtant, ils ne favoriseraient pas les chocs toxiques". Ah bon? Non parce que jusque là je ne crois pas avoir été mise au courant d'un SCT provoqué par une cup...par contre les tampons... 

Ah si, après ça devient marrant, attendez. En termes de mauvaise foi ultime, ils ont fait pas mal : "La coupe, de par sa mécanique qui stocke le sang au niveau vaginal, peut favoriser la croissance de la bactérie". Ah oui, parce que le tampon ne stocke rien du tout lui c'est sûr...ah...ah mais si pardon ! Et en plus le sang accumulé est directement en contact avec la peau. Je dis ça...

La cup : imparfaite, mais bien avantageuse.

Attention, je ne dis pas que la coupe menstruelle protège du SCT, mais en tous cas, elle ne favorise nullement son développement. En fait, comme le dit l'article, pour limiter les risques, il faut simplement changer sa protection (tampon ou cup) de façon régulière, toutes les 6h maximum, et éviter de dormir avec.

Mais n'oublions pas qu'à part la santé, la cup est surtout un avantage monétaire ET écologique, comme je vous en parlais déjà dans cet article.  

Le choix de chacun 


Je ne suis pas là pour vous dire d'adopter la cup à tout prix, bien qu'à mon avis c'est vraiment un objet qui change la vie (si, si à ce point). Le message de cet article, c'est vraiment qu'il ne faut pas croire tout ce qu'on lit sur internet, même si les sources vous semblent fiables. Et surtout, ne vous contentez pas de lire un titre ou quelques phrases sur un sujet. Allez chercher l'information et posez-vous des questions sur les enjeux qu'elle représente. Dans notre cas, une industrie de la protection périodique qui peine très sûrement à garder la tête hors de l'eau. 

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire